Leçon 04 : Joyeux et reconnaissant
21 - 27 Juil. 2012
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
L'assurance du salut en Christ Mardi 24 Juil.

Lisez 1 Th 1.5. Comment avoir l’assurance que notre vie est en règle avec Dieu? Quelles sont les trois preuves, dans la vie des Thessaloniciens, qui indiquaient à Paul qu’ils étaient en règle avec Dieu ?

Le verset 5 commence par la conjonction « car ». Dans ce verset, Paul expliquait le fondement de sa conviction du choix des Thessaloniciens par Dieu. (1 Th 1.4). Il exprimait également la raison de ses prières d’actions de grâce adressées à Dieu. (1 Th 1.2) Paul débute le verset 5 en se réjouissant des signes extérieurs visibles de la situation des Thessaloniciens devant Dieu. Leur acceptation de l’Évangile n’était pas simplement un assentiment intellectuel aux enseignements ou doctrines. Leur vie quotidienne témoignait de la présence et de la puissance de Dieu. Chaque jour dans l’Église, il survenait des événements qui ne pouvaient s’expliquer que par une intervention divine. Des prières étaient exaucées et des vies transformées. Leur foi s’exprimait de façon très réelle par leurs œuvres.

Comment savoir si le Saint-Esprit est présent et bien réel dans notre vie et dans celle de l’Eglise locale ? Voir Ga 5.19-23; 1 Co 12.1-11.

La présence du « fruit » de l’Esprit indique puissamment que Dieu est à l’œuvre. On peut faire semblant d’éprouver de l’amour, de la joie, de la paix pendant un certain temps, mais les tensions quotidiennes liées aux relations au sein de l’Église finissent par séparer les sentiments authentiques des faux. Quand le Saint-Esprit est une présence vivante, ce qui n’est pas naturel aux êtres humains pécheurs le devient. Le chrétien accomplit des actes de grâce et de bonté dont il aurait été incapable auparavant. Paul constatait à l’aide de nombreux signes l’évidence de la transformation de la vie des Thessaloniciens par l’œuvre surnaturelle de l’Esprit. Pour Paul, la preuve ultime du choix des Thessaloniciens par Dieu était leur conviction profonde et leur certitude intérieure de la véracité de l’Évangile et de la présence authentique de Dieu dans leur vie. Si notre conviction ne s’avère pas toujours juste, la ferme assurance d’être en règle avec Dieu découle généralement d’un Évangile authentique.

Dans quelle mesure avez-vous l’assurance du salut ? Sur quoi, finalement une telle assurance doit-elle se fonder ?


Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat