Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
Mercredi
Appel à devenir des dirigeants

 

Quelles sont les qualifications requises ?

 

On raconte l'histoire d'un jeune homme qui aimait conduire à toute vitesse sa voiture de sport sur les routes sinueuses de montagne. Un jour, une autre voiture arriva à vive allure dans sa direction, provenant de l'autre côté d'un virage sans visibilité. Cette voiture changea d'allée juste à temps pour éviter une collision. En se croisant, la conductrice de l'autre voiture se pencha à la fenêtre et cria : « Cochon ! »

 

Il était furieux ! « Cochonne ! » répondit-il. « C'est elle qui était de mon côté de la route, se murmura-t-il à lui-même. Comment ose-t-elle me traiter de cochon ? » Sa seule consolation fut qu'il avait eu la présence d'esprit de lui hurler une insulte.

 

Puis il négocia le virage sans visibilité … et heurta un cochon debout au milieu de la route !

 

Parfois les menaces apparentes sont en réalité d'utiles avertissements. Notre Seigneur voit toujours au-delà du virage sans visibilité de notre avenir. Dans chaque crise, il veut nous avertir des dangers et nous montrer les opportunités disponibles si nous voulons bien écouter ses paroles inspirées.

 

Je peux voir un gros « cochon » sur la route des chrétiens qui vivent dans ces derniers jours. Beaucoup suivent les exemples de notre culture, comme à l'époque des Juges, où « chacun faisait ce qui lui convenait » (Juges 21.25) au lieu de se tourner vers la Parole de Dieu.

 

Tandis que notre terre se précipite vers sa dernière heure, Dieu a pour chacun de nous des plans passionnants et qui font réfléchir. Il nous appelle, vous et moi, à être des dirigeants influents, qui lanceront son appel : « Sortez du milieu d'elle [Babylone], mon peuple » (Apocalypse 18.4). Le seul obstacle sur notre chemin est notre propre choix de répondre à ces avertissements.

 

L’exemple de Néhémie

 

Néhémie est un puissant exemple du dirigeant que notre Seigneur appelle chacun de nous à être.

 

Lorsque nous rencontrons Néhémie pour la première fois, il était au service du roi de Perse, Artaxerxès, comme échanson. Bien que Néhémie ait occupé une position influente à la cour du roi perse et ait été entouré de richesses, son cœur appartenait au Dieu de ses pères et au peuple qui était dépositaire des écrits sacrés.

 

Les ancêtres de Néhémie avaient été capturés lorsque les Babyloniens avaient détruit Jérusalem environ 70 ans auparavant. Maintenant, sous la domination de l'Empire perse, les Hébreux en captivité avaient reçu la permission de retourner dans leur patrie, en accomplissement d'une promesse faite par Dieu aux enfants d'Israël des années auparavant (Jérémie 29.10).

 

Cependant, beaucoup d'entre eux s'étaient installés confortablement dans leur pays d'accueil et avaient choisi d'y rester. Reconstruire des ruines calcinées était trop dur pour eux. Le Seigneur avait besoin d'un chef qui fasse passer le service et l'honneur de Dieu au-dessus de toute considération terrestre.

 

Des messagers arrivèrent, porteurs de mauvaises nouvelles sur les conditions de vie à Jérusalem : « Ceux qui sont restés de la captivité sont là, dans la province, au comble du malheur et du déshonneur ; il y a des brèches dans la muraille de Jérusalem, et ses portes ont été détruites par le feu » (Néhémie 1.3).

 

Néhémie eut le cœur brisé et se tourna vers deux sources de secours : la prière et la Parole de Dieu. Il pleura, jeûna, pria et confessa ses péchés, ainsi que ceux de son peuple. Puis il loua Dieu pour sa fidélité à sa Parole et reprit courage en pensant aux promesses de miséricorde et de restauration faites par Dieu si son peuple revenait à lui par la repentance et la foi (versets 5–11).

 

Des directives par l’intermédiaire de la prière

 

Pendant quatre mois, Néhémie répandit son cœur devant Dieu. Puis le Seigneur lui donna une mission. Néhémie fut appelé à diriger la reconstruction de Jérusalem. Il pria ainsi : « Donne-moi aujourd'hui de réussir et accorde-moi la compassion de cet homme [le roi] » (verset 11). Puis il attendit.

 

C'est de la même manière que Jésus découvrit la volonté de Dieu pour sa vie. Par une étude de la Parole de Dieu, faite dans un esprit de prière, Il reçut une claire compréhension de sa mission comme notre Sauveur. Il apprit à connaître la volonté du Père pour chaque jour, comme l'avait fait Néhémie, et comme nous pouvons aussi le faire.

 

Se plonger dans la Parole de Dieu et la prière occupa le temps des disciples tandis qu'ils attendaient l'effusion du Saint-Esprit (voir Actes 2). Louons Dieu de ce que l'influence de l'Esprit de Dieu dans notre vie produira la même sagesse, la même compréhension, les mêmes dons et le même zèle pour le salut de ceux que nous connaissons et vers lesquels Dieu nous envoie.

 

Les domaines individuels d’influence

 

Un jour, le roi Artaxerxès remarqua le visage défait de Néhémie et lui demanda pourquoi il était si triste. Néhémie exposa au roi les besoins de son peuple à Jérusalem. « Que demandes-tu donc ? » dit le roi. Néhémie exposa brièvement ses désirs, et reçut tout ce qu'il avait demandé (Néhémie 2.2–8).

 

Néhémie n'était ni entrepreneur, ni architecte. Il n'avait même pas été dans les « bonnes » écoles. Cependant, Dieu lui donna cette mission et l'envoya à Jérusalem comme chef désigné.

 

Dans son livre Ellen White and Leadership: Guidance for Those Who Influence Others [Ellen White et les dirigeants : directives pour ceux qui influencent les autres], Cindy Tutsch, directrice associée de la Fondation Ellen G. White, écrit : « Si vous êtes chrétien, vous êtes un dirigeant ! Une partie de notre responsabilité de disciples de Jésus est d'utiliser notre influence pour amener d'autres personnes à suivre Jésus. Nous le faisons de plusieurs manières différentes, selon nos dons spirituels. Mais, à moins d'avoir vécu dans une caverne isolée pendant les dix dernières années et de n'avoir vu personne pendant tout ce temps, il y a des gens dans votre vie. » (1)

 

Être un dirigeant, c'est en réalité exercer une influence sur des personnes : vos enfants, votre famille, vos amis, vos collègues de travail et vos voisins. Jésus vous appelle à être un Néhémie, quelqu'un qui est disposé à rencontrer chaque jour Dieu et sa Parole dans la prière pour pouvoir recevoir un ministère de dirigeant. Dieu prépare un peuple pour le Ciel et désire utiliser votre influence pour amener d'autres personnes à « un réveil de la véritable piété ». (2)

 

Vers le succès

 

L'exemple de Néhémie est une leçon pour tout le peuple de Dieu. Il nous enseigne que nous devons non seulement beaucoup prier, mais aussi planifier avec sagesse et travailler dur. Néhémie avait compris la Parole du Seigneur donnée à Zorobabel : « Ce n'est pas par la puissance, ce n'est pas par la force, mais c'est par mon souffle, dit le SEIGNEUR (YHWH) des Armées » (Zacharie 4.6). Mais il savait aussi par expérience que les hommes et les femmes de prière sont des croyants d'action, et qu'une réflexion soigneuse et des plans bien pensés sont essentiels au succès des efforts spirituels au service de notre Seigneur.

 

Lorsque Néhémie arriva à Jérusalem, il inspecta la ville pour évaluer en quel état elle se trouvait. Son cœur se serra en constatant les dévastations. L'avenir semblait sombre. Mais il gagna le cœur des gens en racontant l'exaucement des prières et les événements providentiels qui l'avaient amené à Jérusalem. Convaincus, les gens répondirent : « Bâtissons ! » (Néhémie 2.18).

 

Une violente opposition se manifesta : ils durent subir le ridicule, les agressions physiques, le découragement, les compromis, la médisance et la perfidie. Les travailleurs furent accablés de sarcasmes prétendant que leur Dieu les avait rejetés. Mais Néhémie répondit à chaque attaque en citant la Parole de Dieu (versets 19, 20).

 

Sous la direction de Néhémie, les murs furent reconstruits en seulement 52 jours (Néhémie 6.15). Même les ennemis du peuple de Dieu purent voir que le Seigneur était avec son peuple (verset 16).

 

Néhémie conduit son people vers la Parole de Dieu

 

Les briques et le ciment ne pouvaient pas garantir la sécurité des habitants. Néhémie savait que la seule véritable sécurité pour le peuple de Jérusalem était de reconstruire leurs cœurs. Il rassembla le peuple pour qu'il entende la lecture de la Parole de Dieu, ce qui n'avait plus été fait depuis de nombreuses années.

 

Tandis qu'on leur rappelait les avertissements de Dieu, ils pleurèrent (Néhémie 8.1, 8, 9) et s'engagèrent « par serment … à suivre la loi de Dieu » (Néhémie 10.29). Néhémie les exhorta à se souvenir des magnifiques dons divins du pardon et de la grâce, et ajouta : « La joie du SEIGNEUR est votre force » (Néhémie 8.10).

 

Puis Néhémie repartit vers le palais du roi de Perse. Plus tard, il revint à Jérusalem et découvrit que le peuple était retombé dans une grave apostasie. En tant que dirigeant choisi par Dieu, il ne recula pas devant le travail spécifique de réforme qui était nécessaire si on voulait que les bénédictions de Dieu demeurent au sein de son peuple.

 

Il s'attaqua à des problèmes tels que les associations dangereuses avec des non consacrés et des incroyants (Néhémie 13.23–28), l'infidélité dans les dîmes et les offrandes (versets 10–13) et le mépris pour le sabbat du Seigneur (versets 15–22). Il avait compris que, même si certaines de ses réformes semblaient sévères, elles se révèleraient être une bénédiction d'amour. Les avertissements divins sont toujours pour notre bien immédiat et éternel.

 

Acceptons l’appel de Dieu

 

Nous vivons au bord de l'éternité. Des heures solennelles et effrayantes menacent notre sécurité. Comme les anges doivent pleurer en voyant la condition de l'église de Laodicée : un peuple aveugle à ses besoins et aux dangers de son époque !

 

« Ce que Satan redoute le plus, c'est que le peuple de Dieu prépare le chemin en faisant disparaître tous les obstacles, afin que le Seigneur puisse déverser son Esprit sur une Église languissante et une assemblée impénitente. Si le plan de Satan pouvait réussir, il n'y aurait jamais plus de réveil, ni grand ni petit, jusqu'à la fin des temps. » (3)

 

Dieu appelle chacun d'entre nous à devenir l'un de ses chefs, à prier et à étudier l'Écriture avec les autres, à être comme Néhémie, à partager avec les autres ce que Dieu a fait dans notre vie, à être une influence contagieuse partout où nous nous trouvons.

 

Un jour, alors qu'il marchait dans la rue, un homme fut arrêté par un jeune chrétien zélé qui lui remit une publication. Ne voulant pas se montrer impoli, mais se sentant cependant frustré, cet homme prit cette brochure et la fourra dans sa poche.

 

Plus tard, une fois rentré chez lui, il sentit dans sa poche cette brochure froissée, la sortit et la jeta dans la cheminée. Mais il commit l'erreur de la regarder brûler. Avant qu'elle soit complètement consumée, la dernière phrase lui apparut : « La Parole du Seigneur demeure pour toujours » (1 Pierre 1.25).

 

Persuadé que le Dieu de son enfance lui parlait avec amour, il abandonna sa vie à Jésus avant que cette soirée soit terminée !

 

La puissance transformatrice de Jésus qui a créé l'Univers réside dans sa Parole écrite. Il nous a fait cette promesse : « Ma parole … ne revient pas à moi sans effet, sans avoir fait ce que je désire, sans avoir réalisé ce pour quoi je l'ai envoyée » (Ésaïe 55.11).

 

Notre Seigneur veut des dirigeants qui annoncent la Parole de Dieu avec audace. Jésus revient ; il nous est dit que le retour du Christ sera précédé par un réveil de la prière, de la lecture de la Parole de Dieu, et par un engagement à un abandon total à Jésus. Dans le monde, les signes de l'effusion du Saint-Esprit se multiplient rapidement. Quelle merveilleuse époque nous vivons !

 

Nous devons cependant faire notre choix : être ou ne pas être des dirigeants pour le Christ. Ouvrons notre cœur à notre Sauveur, confessons nos péchés, acceptons sa puissance de purification, et demandons-lui ce qu'il désire pour nous. Il ne manquera pas de nous mener là où nous devons être.

 

 

 

 

Questions pour

 

la réflexion

 

et le partage

 

1. Que signifie vraiment être un dirigeant ? Ceci implique-t-il nécessairement d’occuper un poste important dans l’église ?

 

2. Certaines personnes se sentent « appelées » à être des disciples plutôt que des dirigeants, et pensent ne posséder aucun talent spécial. Que diriez-vous à ce genre de personnes ?

 

3. L’un des « secrets du succès » de Néhémie était sa capacité à attendre que le Seigneur réponde à ses prières au bon moment. Possédez-vous ce niveau de patience et de confiance en Dieu ?


Jerry Page Est le secrétaire de l’association pastorale de la Conférence Générale des Adventistes du septième jour.

 

(1) Cindy Tutsch, Ellen White on Leadership: Guidance for Those Who Influence Others [Ellen White sur les dirigeants : directives pour ceux qui exercent une influence sur les autres], Nampa, Idaho, Pacific Press Publishing Association, 2008, p. 7.

(2) Voir Ellen G. White, Messages choisis, vol. 1, p. 141.

(3) Ibid., p. 144.