Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
Lundi
Cœur et sol (1)

de quoi Êtes-vous fait ?

BONITA JOYNER SHIELDS

 

La parabole du semeur, racontée par Jésus dans Luc 8.4–15, nous parle de l'état de notre cœur. Dieu cherche à planter la semence de sa Parole dans notre cœur ; mais la capacité de celui-ci à porter du fruit dépend de l'état dans lequel il se trouve.

À quoi ressemble un cœur qui s'ouvre à la voix de Dieu ? Comment pouvons-nous en prendre soin pour que la semence de la Parole de Dieu puisse croître et y prendre racine ? Comment la Parole de Dieu produit-elle un réveil spirituel dans notre vie ?

Le semeur, la semence et le sol

La parabole du semeur se trouve dans chacun des trois Évangiles synoptiques (Matthieu 13.1–9, 18–23 ; Marc 4.1–9, 13–20 ; Luc 8.4–8, 11–15). Chacune de ces trois versions contient trois éléments principaux : le semeur, la semence, et le sol.

Le semeur. Semer signifie répandre la semence sur le sol. À l'époque biblique, les cultivateurs portaient leur semence dans des paniers ou dans des poches ventrales attachées à leur taille. Prenant dans leur main une poignée de semences, ils la jetaient ou la répandaient avec un grand geste de la main et du bras. (2)

Lorsqu'un semeur répand la semence, il ne se contente pas de prendre une seule semence, de la déposer délicatement sur le sol, et de s'en aller ! Lorsque les semeurs ont délimité la surface de sol à ensemencer, ils y jettent autant de semences que possible, parce qu'ils savent que ce ne sont pas toutes les semences qui atteindront la maturité.

L'Écriture reconnaît Dieu comme le semeur (voir Matthieu 13.37). Ellen White a écrit : « Semblable au semeur qui arpente son champ fraîchement remué, le Christ sema à pleines mains la semence de vérité. » (3)

La semence. L'Écriture identifie la semence comme étant la Parole de Dieu (voir Luc 8.11). Exactement comme la semence contient la vie d'une plante, la Parole de Dieu est la vie pour ceux qui la reçoivent. Exactement comme un cultivateur répand la semence d'un grand geste du bras, il semble que Dieu jette sa Parole dans certains des endroits les plus inattendus !

Il y a de nombreuses années, dans un théâtre de Moscou, l'acteur Alexandre Rostovzev fut converti en jouant le rôle de Jésus dans une pièce sacrilège intitulée Le Christ en tenue de soirée. Il devait lire deux versets du Sermon sur la montagne, retirer sa toge et s'écrier : « Apportez-moi ma tenue de soirée et mon chapeau haut-de-forme !  »

Mais, en lisant ces paroles, « Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés ! » (Matthieu 5.3, 4), il se mit à trembler. Au lieu de suivre son texte, il continua à lire Matthieu 5, ignorant les raclements de gorge, les appels et les pieds des autres acteurs frappant le sol. Finalement, se remémorant un verset qu'il avait appris dans son enfance dans une église orthodoxe russe, il s'écria : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu entreras dans ton royaume ! » (Luc 23.42). Avant qu'on puisse baisser le rideau, Rostovzev avait placé sa confiance en Jésus-Christ comme son Sauveur personnel. (4)

Dieu jette sa Parole dans les endroits les plus inattendus pour essayer de sauver autant de ses enfants égarés qu'il le peut. Mais nous limitons souvent la diffusion de la Parole de Dieu en sous-estimant sa puissance.

Le Christ est venu répandre les semences de la vérité dans les cœurs humains, et il nous appelle aussi à répandre les semences de la vérité dans les cœurs humains. Semer les semences de la vérité n'est pas toujours facile, comme la vie du Christ nous l'a révélé. Ellen White a écrit : « Il quitta un séjour de paix et de sécurité, sacrifiant la gloire qu'il avait auprès du Père avant même que le monde fût, et abandonna la place qu'il occupait sur le trône de l'univers. Il vint sur la terre, homme de douleur, exposé à la tentation. Dans la solitude, il sema avec larmes et arrosa de son sang la semence de vie qu'il était venu apporter à un monde perdu. » (5)

Nous pouvons aussi être appelés à connaître la souffrance, la solitude, les larmes, et parfois la mort, en semant les semences de la vérité divine. Mais nous ne sèmerons pas en vain. Qui pourrait oublier nos précurseurs dans la foi chrétienne : les Vaudois, John Wycliffe, Jean Hus ? Eux et beaucoup d'autres donnèrent leur vie par amour pour le Christ et pour sa Parole. Ellen White a écrit à leur sujet : « En dépit d'atroces croisades et massacres, les Vaudois continuèrent d'envoyer dans le monde leurs missionnaires pour y répandre le précieux message qu'ils arrosaient de leur sang. Et la semence portait des fruits. » (6)

 

Le sol. Quatre éléments sont nécessaires pour qu'on ait un sol sain : l'azote, la chaux, l'acide phosphorique et la potasse. Lorsque l'un de ces éléments n'est pas équilibré par rapport aux autres, ceci affecte la vie de la plante. Lorsque les plantes sont fortes et saines, elles ont la capacité de résister à leurs « ennemis » : les mauvaises herbes, les parasites, la sécheresse, etc.

L'état du cœur humain, notre âme, est de première importance pour la vie de l'Esprit. Exactement comme les plantes fortes et saines sont davantage capables de résister à leurs ennemis, lorsque notre âme est forte et saine nous avons aussi la capacité de résister au grand ennemi.

Dans cette parabole, l'œuvre de l'ennemi est évidente. Sur la surface dure du chemin, là où la semence de la Parole de Dieu est foulée aux pieds et sous-estimée, Satan vole cette Parole pour la faire disparaître du cœur des auditeurs. Lorsque le terrain rocheux produit des plantes qui n'ont pas de racine/profondeur, Satan ôte la Parole de leur cœur. Lorsqu'on permet aux épines des soucis et de la richesse/des plaisirs d'étouffer les plantes, Satan étouffe la Parole pour la faire disparaître du cœur.

Mais remarquez les plantes qui poussent sur le bon sol sain. Dans ce sol, Satan n’a pas pu ôter du cœur la semence de la Parole de Dieu ! L'ennemi a été impuissant ! La semence poussa et « produisit du fruit au centuple » (Luc 8.8).

La nourriture de l’âme

Si vous êtes comme moi, vous vous reconnaissez dans plusieurs des sols décrits dans cette parabole ! Que pouvons-nous faire pour maintenir notre âme forte et en bonne santé pour que nous puissions porter du fruit ? Permettez-moi de vous faire trois suggestions :

1. La première description du bon sol dans Luc 8.15 mentionne que les gens « entendent la Parole avec un cœur noble et bon ». Dans votre prière, demandez à Dieu de vous accorder un « cœur pur » et un « souffle sûr ». Lisez le Psaume 51, versets 12–14. Chantez-le. Répétez-le dans vos prières. Nous avons tous péché et sommes « privés de la gloire de Dieu » (voir Romains 3.23 ; 7.14). Et, à cause du péché, même nos bonnes œuvres sont entachées de motifs impurs.

2. La deuxième description du bon sol nous dit que les gens « retiennent » cette Parole. Pour empêcher Satan de voler, ôter ou étouffer la Parole dans notre vie, nous devons la retenir. Pour pouvoir la retenir, quatre choses doivent avoir lieu :

Nous devons entendre la Parole de Dieu. Passer du temps avec le Seigneur et sa Parole, écouter la prédication de sa Parole et étudier sa Parole avec les autres croyants sont toutes d'excellentes manières d'entendre Dieu qui nous parle.

Nous devons comprendre la Parole de Dieu. Prenons-nous le temps de lutter pour la comprendre ? Pour l'étudier ? Pour demander aux autres de nous guider à son sujet ? La Parole de Dieu n’est pas toujours facile à comprendre ; mais il a promis que son Esprit nous aiderait (voir 1 Corinthiens 2.10–12).

Nous devons accepter la Parole de Dieu. Cette acceptation implique la disposition à la recevoir, à la posséder. Une fois que nous avons compris que ce que Dieu nous dit, parfois (soyons honnêtes à ce sujet), nous ne voulons pas la recevoir ! Mais, en ce qui me concerne, à l'époque où j'ai finalement accepté sa Parole pour ma vie, « la paix de Dieu, qui surpasse toute pensée » a rempli mon âme (voir Philippiens 4.7).

Nous devons obéir à la Parole de Dieu. L'accepter est une chose ; prendre la décision de lui obéir en est une autre. Que ce soit en s'engageant ouvertement à suivre le Seigneur dans des vérités telles que l'observation du sabbat ou le renoncement à des actes nocifs envers nous-mêmes et /ou envers les autres, ou que ce soit un abandon d'un caractère plus personnel, l'obéissance exige une action.

3. La troisième description du bon sol nous dit que les gens « portent du fruit avec persévérance » (Luc 8.15). Combien de fois avez-vous dit dans votre prière : « Seigneur, combien de temps me faudra-t-il pour devenir parfait ? Combien de temps faudra-t-il à Jean pour qu'il prenne sa décision pour le Christ ? » Nous désirons tellement que notre âme, et celle des autres, pousse rapidement !

Bon sol, bonne récolte

De quoi est fait votre cœur ? Appréciez-vous à sa juste valeur la Parole de Dieu ? Êtes-vous enraciné dans sa Parole de manière à pouvoir résister aux tentations de l'ennemi ? Désirez-vous que Dieu calme votre cœur anxieux ? Quelque soit l'état de votre cœur, Dieu est disposé à y planter ses semences de vie.

Priez pour demander un cœur pur. Écoutez, comprenez, acceptez sa Parole et obéissez-lui. Demeurez en lui, en recherchant en lui la croissance. Il le réalisera, même dans les endroits les plus inattendus.

Questions Pour

la réflexion

et le partage

 

1. Pensez à votre état actuel. Le sol de votre âme est-il bon, dur, rocheux, ou infesté par les mauvaises herbes ? Pourquoi ?

2. Que pourriez-vous faire pour améliorer le sol de votre âme pour que la Parole de Dieu puisse y croître plus facilement ?

3. Dans le contexte de cette parabole, que signifie pour vous croître jusqu’à la maturité ?



Bonita Joyner Shields est redactrice en chef et directrice assistante pour la formation des disciples au Département de l’école du sabbat et des Ministères Personnels de la Conférence Générale

 

1 Ce titre (en anglais, Heart and Soil, cœur et sol, faisant allusion à l'expression heart and soul, cœur et âme) comporte en anglais un jeu de mot intraduisible en français, car le mot soil (sol) est très proche du mot soul (âme) [Note du traducteur].

2 Emprunté à www.middletownbiblechurch.org/biblecus/biblec6.htm.

3 Ellen G. White, Les paraboles de Jésus, p. 21.

4 Emprunté à http://www.sermonillustrations.com/a-z/b/bible_power_of.htm. Cité par J.K. Johnston, Why Christians Sin [Pourquoi les chrétiens pèchent], Grand Rapids, Michigan, Discovery House, 1992, p. 121.

5 Ellen G. White, Les paraboles de Jésus, p. 24.

6 Ellen G. White, La tragédie des siècles, p. 80.