Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
Dimanche
Comment nous approprier la Parole de Dieu

Comment apprendre à profiter de sa puissance

par ANGEL MANUEL RODRíGUEZ

La vie ne se maintient pas elle-même. Les organismes vivants dépendent d'éléments extérieurs à eux-mêmes pour rester en vie. L'eau, la nourriture, l'oxygène, pour ne mentionner que ceux-là, sont indispensables à la vie.

Vu dans une perspective biblique, seul Dieu peut maintenir et préserver la vie dans un environnement qui est dans un état de décomposition et qui constitue une menace constante pour l'existence de l'homme. C'est la Parole de Dieu qui soutient particulièrement la vie. C'est spécialement vrai pour notre vie spirituelle, qui a besoin de recevoir une puissance constante, extérieure à nous-mêmes, pour garder son dynamisme.

Dieu et la Parole

Le psalmiste a écrit : « C'est par la parole du SEIGNEUR que le ciel a été fait » (Psaume 33.6). La création en général et la vie en particulier sont venues à l'existence par la puissance de la Parole divine. L'existence de l'homme lui-même ne dépend pas seulement de sa nourriture, « mais … de tout ce qui sort de la bouche du SEIGNEUR » (Deutéronome 8.3).

Le rapport qui existe entre la vie et la Parole divine est profond, insondable et constant. La Parole qui a créé est la même qui soutient constamment la création. La puissance de Dieu se révèle à nous dans sa Parole, qui est sa voix s'adressant à nous.

Par sa Parole, Dieu nous parle dans nos situations particulières et révèle à son peuple ses plans et sa volonté à son égard. Sa Parole vise toujours à notre bien-être, par ce qu'elle « est bonne » (Ésaïe 39.8). Au Sinaï, les Israélites entendirent la Parole du Seigneur s'adressant à eux et leur donnant « des règles droites, des lois de vérité, des prescriptions et des commandements excellents » (Néhémie 9.13). La Parole prend souvent la forme d'une promesse, sur laquelle nous pouvons toujours compter et qui anticipe la pleine réalisation des plans divins de salut à notre égard (Psaume 105.42–45).

Salomon parla au peuple d'Israël de la puissance de la Parole divine : « Béni soit le SEIGNEUR, qui a donné le repos à Israël, son peuple, exactement comme il l'avait dit ! De toutes les bonnes paroles qu'il avait dites par l'intermédiaire de Moïse, son serviteur, aucune n'est restée sans effet » (1 Rois 8.56). La Parole de Dieu est digne de confiance parce qu'Il accomplit ce qu'il promet : « Car la parole du SEIGNEUR est droite ; toute son œuvre s'accomplit avec constance » (Psaume 33.4). Dieu agit en accord avec ce qu'il dit ; c'est un Dieu d'honneur.

Jésus et la Parole

La Parole de Dieu est beaucoup plus qu'une expression audible provenant de sa bouche. Elle est visible : « Au commencement était la Parole ; la Parole était auprès de Dieu ; la Parole était Dieu. Elle était au commencement auprès de Dieu. Tout est venu à l'existence par elle » (Jean 1.1–3). C'est la même Parole de Dieu puissante et digne de confiance qui s'est adressée à son peuple dans l'Ancien Testament. Mais, dans le Nouveau Testament, quelque chose de glorieux et d'inattendu s'est passé : « La Parole est devenue chair ; elle a fait sa demeure parmi nous, et nous avons vu sa gloire, une gloire de Fils unique issu du Père ; elle était pleine de grâce et de vérité » (verset 14).

En Jésus, qui est la Parole, nous percevons la volonté de Dieu à notre égard et ses activités salvatrices en faveur des êtres humains pécheurs. L'audibilité de sa Parole est efficace parce qu'en Jésus, c'est Dieu qui nous parle (voir Jean 14.10). Mais, de même que la Parole incarnée de Dieu, Jésus, est « la parole de vérité » (voir 2 Corinthiens 6.7), « la parole de la réconciliation » (voir 2 Corinthiens 5.19) et « la parole de ce salut » (voir Actes 13.26), il est « la parole de la croix » (voir 1 Corinthiens 1.18). Il est « la vérité » (Jean 14.6), ainsi que celui qui, par le mystère de l'incarnation, a uni Dieu et l'humanité, et qui, sur la croix, a fait la démonstration de la puissance salvatrice de la Parole de Dieu.

Dieu peut vraiment accomplir ce qu'il annonce. Lorsque Dieu dit quelque chose, ça arrive. Ça peut ne pas se réaliser aussi rapidement que nous le souhaiterions, mais ça se réalisera.

La Parole de Dieu accomplit ce qu'elle annonce ou exprime. Le psalmiste a écrit que Dieu « envoya sa parole et les guérit [les membres de son peuple], il les délivra de leurs infections » (Psaume 107.20). Au sujet de sa Parole qui sort de sa bouche, le Seigneur dit : « Elle ne revient pas à moi sans effet, sans avoir fait ce que je désire, sans avoir réalisé ce pour quoi je l'ai envoyée » (Ésaïe 55.11). Lorsque le Seigneur parle, il se passe quelque chose !

Lorsque la tempête sur le Lac de Galilée menaça la sécurité de ses disciples, Jésus se leva, « il rabroua le vent et dit à la mer : Silence, tais-toi ! Le vent tomba et un grand calme se fit » (Marc 4.39). Il ordonnait à des démons de laisser leurs victimes, et ceux-ci en sortaient (voir Marc 1.25). Il guérissait les gens en prononçant « seulement une parole » (voir Matthieu 8.8). Mais, par-dessus tout, sa Parole qui proclamait le pardon apportait ce pardon au pécheur (voir Matthieu 9.1–7). Elle réalisait ce qu'elle annonçait !

La Parole de Dieu et moi

Nous sommes les destinataires de la Parole de Dieu. Il nous parle en tant que Créateur et Rédempteur parce que nous devons connaître son plan et sa volonté à notre égard. Nous devons sortir de nos ténèbres existentielles pour accéder à la lumière d'une vie qui a du sens.

La Parole de Dieu est la source et la fontaine de la vie éternelle (voir Jean 5.24 ; 6.63). Nous devons apprendre à connaître cette Parole parce que, comme ceci a été démontré dans la vie de Jésus, la Parole de Dieu touche chaque aspect de notre vie. Écouter la Parole est une question de vie ou de mort. Dieu désire donc ardemment que nous entendions sa voix : « Je me suis laissé rechercher par ceux qui ne me demandaient rien, je me suis laissé trouver par ceux qui ne me cherchaient pas ; j'ai dit : je suis là, je suis là ! à une nation qui n'invoquait pas mon nom » (Ésaïe 65.1).

Nous sommes donc invités à écouter la Parole divine nous parlant dans l'Écriture (voir Ésaïe 66.4). C'est une écoute dynamique, qui va avec la mise en pratique de ce que dit cette Parole. Jésus a dit : « Ainsi, quiconque entend de moi ces paroles et les met en pratique sera comme un homme avisé qui a construit sa maison sur le roc » (Matthieu 7.24 ; cf. 2 Chroniques 34.21).

Notre obéissance à la Parole révèle que nous l'avons vraiment écoutée nous parler et que nous nous la sommes appropriée. Mais il est aussi important de lire cette Parole sous la direction de l'Esprit, car ce n'est que la Parole incarnée de Dieu qui peut nous transformer (voir 2 Corinthiens 3.15–18). Nous devons la sonder parce qu'elle témoigne du Seul qui puisse nous accorder la vie éternelle (voir Jean 5.39). Dans ce processus d'appropriation de la Parole, nous devons la méditer, pour permettre à nos pensées de s'arrêter sur le contenu de cette Parole et sur sa signification pour nous en tant qu'individus. Nous pouvons méditer cette Parole lorsqu'elle s'exprime sous forme d'ordres (voir Psaume 119.48), de témoignages (verset 99) et de promesses (verset 148).

S'approprier la Parole exige que nous y investissions du temps. Ceci n'est pas naturel au cœur de l'homme et exige que nous nous arrachions à notre inertie spirituelle. La prière devient indispensable parce que c'est par elle que nous pouvons demander au Seigneur de mettre dans notre cœur le désir d'écouter sa Parole et la disposition à le faire.

Nous devons mettre en pratique notre prière en ouvrant chaque jour la Parole. Plus nous la lirons, mieux nous comprendrons son message. Nous ne devons pas nous décourager parce que nous ne pouvons pas comprendre tout ce que nous y trouvons. Continuons à la lire, en permettant à son message de pénétrer dans notre esprit. Au cours de ce processus, les pensées de Dieu inonderont notre esprit, et nous serons lentement transformés par la puissance de l'Esprit.

Lorsque nous écoutons, lisons et méditons cette Parole, quelque chose de merveilleux se passe : le Christ, qui est la Parole, vient habiter dans notre cœur par la foi (voir Éphésiens 3.17).

Cette Parole est vivante ; elle peut donc nous redonner la vie : « Car la parole de Dieu est vivante, agissante, plus acérée qu'aucune épée à deux tranchants ; ... elle est juge des sentiments et des pensées du cœur » (Hébreux 4.12). Puisqu'elle est encore vivante, elle peut accomplir dans notre vie ce qu'elle a annoncé. Nous pouvons croire en elle parce que Celui qui nous parle par l'intermédiaire de cette Parole est digne de confiance et a le pouvoir de faire se réaliser ce qu'il a promis.

Permettons donc à cette Parole de nous instruire chaque jour (voir 2 Timothée 3.15). Laissons-la nous réconforter lorsque nous devons faire face à des difficultés, à des tentations et à la souffrance (Psaume 119.161, 162). Laissons l'espérance que nous trouvons dans ses pages remplir notre cœur de joie (voir Psaume 56.11, 12 ; 2 Corinthiens 1.20).

Laissons la Parole de la croix remplir notre cœur et brûler comme un feu, pour nous sanctifier pour le service du Seigneur et de notre prochain (cf. Jérémie 23.29) !


Questions pour la

réflexion

et le partage

1. Dieu nous parle dans la création. Dans quelles œuvres de la nature reconnaissez-vous spécialement la puissance de Dieu qui a créé et qui soutient toutes choses ?

2. La puissance de la Parole de Dieu se manifeste aussi dans la vie et le ministère terrestre de Jésus. Dans quelles histoires de la vie de Jésus voyez-vous révélée la puissance de la Parole de Dieu ?

3. La puissance de Dieu se manifeste aussi dans sa Parole de rédemption révélée dans chacune de nos vies. En quoi avez-vous ressenti la puissance de la Parole de Dieu dans votre propre vie ?


Avant de prendre sa retraite en 2011, Angel Manuel Rodríguez Était directeur de l’Institut Biblique de Recherche. il vit maintenant au Texas.