Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
PREMIER SABBAT
Le Réveil et la Parole

Sommes-nous prêts à nous engager ?

par TED N.C. WILSON

 

En commençant cette semaine de prière, pendant laquelle l'accent portera sur le réveil et la Parole, vous vous demandez peut-être pourquoi nous avons encore besoin de messages sur le réveil. Peut-être êtes-vous un chrétien adventiste du septième jour qui est satisfait de voir les choses continuer comme jusqu'à présent. Un gentil service de culte le sabbat matin et une vie fondamentalement morale sont peut-être ce qu'être adventiste du septième jour signifie pour vous. Si ça vous paraît suffisant, alors c'est que vous passez à côté de la meilleure partie d'être adventiste du septième jour !

Peut-être l'idée d'un réveil vous attire-t-elle. En regardant les événements mondiaux et les changements culturels et sociaux, vous avez l'impression que notre monde court vers une catastrophe. Vous aspirez peut-être à un réveil, pensant que réveil signifie revenir aux valeurs de base de la société : la sécurité d'un emploi du temps bien ordonné et une manière bien ordonnée de faire les choses.

La sécurité et l'ordre ne plaisent pas à tout le monde. Peut-être êtes-vous intéressé par un réveil qui secouerait les choses. Vous aimeriez voir plus de puissance, plus d'action, plus de miracles, et une croissance de l'Église rapide. Bien que toutes ces choses peuvent et doivent se produire comme résultat du réveil, elles ne sont pas au cœur du réveil.

Nous nous préparons, individuellement et en tant qu'Église, à une merveilleuse expérience spirituelle en étudiant le réveil. Bien qu'une grande expérience soit un bon commencement, le véritable réveil doit aller au-delà d'une brève expérience. Il doit même être plus qu'un nouveau commencement. Le réveil implique que l'on retourne au commencement : « Au commencement était la Parole ; la Parole était auprès de Dieu ; la Parole était Dieu. Elle était au commencement auprès de Dieu. Tout est venu à l'existence par elle, et rien n'est venu à l'existence sans elle » (Jean 1.1–3).

Le cœur du véritable réveil

Le réveil, c'est plus que revenir aux valeurs de base ou secouer les choses. C'est plus que le pouvoir ou l'influence. Le réveil, c'est renouveler l'accent que nous faisons porter sur Jésus. C'est par Jésus que la création a eu lieu, et ce n'est que par Jésus qu'une recréation ou un réveil peut avoir lieu. Jésus est et doit être central dans tout réveil.

Avons-nous besoin de ce genre de réveil ? Nous sommes encore ici-bas. Jésus n'est pas encore venu nous emmener à la maison. Nous n'avons pas encore vécu l'effusion promise du Saint-Esprit qui nous permettra d'achever notre tâche : apporter les messages des trois anges « à toute nation, tribu, langue et peuple » (Apocalypse 14.6). En tant qu'Église, nous avons besoin de ce réveil ; mais ce réveil ne nous viendra pas collectivement sans être d'abord une expérience personnelle.

Avons-nous besoin de réveil personnellement ? Chacun de nous peut s'administrer à lui-même ce simple test en se posant ces questions : « Qui possède notre cœur ? Avec qui sont nos pensées ? De qui aimons-nous à nous entretenir ? Qui possède nos plus chaudes affections et le meilleur de nos énergies ? Si nous sommes à Jésus, nos pensées sont en lui, ainsi que nos plus douces émotions. Tout ce que nous sommes ou possédons lui est consacré ; nous désirons vivement reproduire son image, nous imprégner de son esprit, faire sa volonté et lui être agréable en toutes choses.  » (1)

Comment raviver nos relations

Pour qu'un réveil commence, nous devons chacun nous concentrer sur notre relation avec Jésus. Si nous comprenons que nous sommes sauvés par grâce et complètement dépendants d'un Dieu puissant, auquel nous devons tout, qui nous a non seulement créés, mais aussi rachetés, nous ne choisirons certainement pas une approche mécanique, légaliste de la vie chrétienne. Notre abandon reconnaissant et complet à notre Seigneur produira une vie chrétienne et un témoignage chrétien remplis de l'Esprit, dynamiques et palpitants.

Nous devons tous comprendre à fond où nous nous trouvons dans l'écoulement du temps et par rapport au proche avènement de Jésus. Nous devons nous souvenir que la grande controverse fait rage tout autour de nous, et souvent en nous, et que le démon veut faire dérailler notre vie spirituelle et notre relation avec le Christ pour empêcher le grand cri d'Apocalypse 14 de se faire entendre dans le monde entier.

Connaître signifie partager

Le réveil dont nous avons besoin ne repose pas sur les émotions ou les miracles. Nous voulons mieux connaître Jésus pour pouvoir mieux le partager avec les autres. Nous avons besoin de la motivation et de la puissance données par le Saint-Esprit pour évangéliser. Nous avons besoin que Jésus envoie l'Esprit promis comme il le fit pour ses disciples qui attendaient ce don le jour de la Pentecôte (Jean 16.7). Notre besoin n'est peut-être nulle part aussi prononcé que dans le défi qui est devant nous d'atteindre les grandes villes. Plus de la moitié de la population mondiale habite déjà les villes ; et cependant, dans de nombreuses villes, notre Église est à peine représentée. En nous souvenant des paroles du prophète Zacharie, nous nous rendons compte comment le Mandat évangélique sera réalisé : « Ce n'est pas par la puissance, ce n'est pas par la force, mais c'est par mon souffle, dit le SEIGNEUR (YHWH) des Armées » (Zacharie 4:6).

Comment pourrons-nous exercer une influence sur le monde ? De nouveaux plans et de nouvelles stratégies peuvent avoir leur place ; mais ce dont nous avons vraiment besoin, c'est la puissance, génératrice de miracles, de la Parole qui a créé toutes choses au commencement. Nous avons besoin de nous ouvrir à l'idée d'être les instruments de Dieu pour apporter la bonne nouvelle de la victoire salvatrice de Jésus et de son prochain avènement « à toute nation, tribu, langue et peuple » (Apocalypse 14.6).

L’expérience de la croissance

Pour pouvoir mieux connaître Jésus et pouvoir mieux le partager avec les autres, nous avons besoin de cultiver notre relation avec lui et de continuer à croître dans notre marche avec le Seigneur. Accepter Jésus n'est pas une expérience qu'on ne fait qu'une fois dans sa vie. Ce doit être une expérience de croissance. Comme l'apôtre Paul, nous devons être disposés à mourir chaque jour à nous-mêmes (1 Corinthiens 15.31).

L'idée de cultiver notre relation avec Jésus n'est pas nouvelle pour nous ; mais, parce que nous ne pouvons pas le voir, nous luttons souvent pour que ça se réalise vraiment. Toute relation est une question de communication. La prière ouvre notre cœur et nous attire dans une relation intime avec Jésus. Les murs qui nous empêchent d'avoir cette expérience intime avec Jésus s'écroulent lorsque nous plaidons avec Dieu pour qu'il les ôte. Tout orgueil, toute amertume, tout contentement de soi-même, tout matérialisme peuvent être brisés par l'Esprit lorsque nous passons du temps avec Jésus dans la prière.

Dans nos vies bien remplies, c'est un défi de garder palpitant notre amour pour Jésus, lorsque nous songeons à tout ce qui réclame notre temps et notre attention. Nous devrons trouver ce temps pour écouter la voix de Dieu.

Bien que « Dieu nous parle … par les événements de la vie, où se révèle sa main providentielle, ainsi que par l'influence de son Esprit sur nos cœurs » (2), la manière la plus claire par laquelle Dieu communique avec nous est par sa Parole. En prenant le temps d'étudier la Parole de Dieu, nous devons, dans un esprit de prière, demander au Saint-Esprit d'être présent et d'ôter tout ce qui nous sépare de Dieu.

En tant qu'adventistes du septième jour, nous avons reçu un merveilleux trésor. L'Esprit de prophétie est l'un des plus grands dons que Dieu ait fait à son peuple du reste qui vit dans les temps de la fin. C'est, comme le dit Ellen White, la « plus petite lumière » destinée à nous conduire « vers la plus grande lumière qui soit ». (3) Étudiez les conseils de la messagère du Seigneur. Laissez-les vous attirer vers les charmes incomparables de Jésus et vous encourager à une étude plus approfondie de sa Parole.

La vérité telle qu’elle est en Jésus

Pour nous qui vivons ces moments mémorables de l'histoire du monde, il est particulièrement important de comprendre comment toutes nos doctrines sont centrées sur Jésus.

Les événements des temps de la fin seront bientôt sur nous. Le Christ reviendra bientôt, et prononcera la sentence finale sur Satan. Le sang de Jésus-Christ, notre sacrifice expiatoire, versé à la croix, et le ministère de notre souverain sacrificateur dans le sanctuaire céleste n'ont qu'un seul but : que vous et moi, ainsi que tous ceux qui se soumettent à lui, en confessant nos péchés et en l'acceptant comme Sauveur, puissions être réconciliés avec Dieu et recevoir la vie éternelle par le ministère complet du Christ. Nous n'avons pas besoin de craindre le jugement si nous connaissons l'Agneau, si nous connaissons le souverain sacrificateur, qui est aussi notre Roi qui vient.

Le Roi qui vient

Il est important de comprendre la chronologie des événements qui vont se dérouler dans un avenir proche. Lorsque le Christ reviendra au moment de son second avènement, « tous le verront » (Apocalypse 1.7). Ce sera la « bienheureuse espérance » (Tite 2.13) que nous attendons et qui, je le crois, va se réaliser très bientôt. Aujourd'hui, nous voyons toutes choses se dégrader autour de nous. Matthieu 24 nous parle des signes de son avènement. Il suffit de regarder autour de nous le bouleversement économique, l'instabilité politique, les maladies destructrices et la décomposition sociale et morale pour voir ces signes en cours d'accomplissement. Il existe déjà des mouvements œcuméniques visant à créer un système religieux unifié qui s'opposera à l'adoration de Dieu le sabbat du septième jour et, finalement, mettra fin à la liberté religieuse et introduira une contrefaçon du jour d'adoration.

Lorsque le Christ paraîtra lors de son second avènement, ses pieds ne toucheront pas le sol de notre terre, mais « nous serons enlevés ensemble … dans les nuées, à la rencontre du Seigneur, dans les airs » (1 Thessaloniciens 4.17). Cependant, avant son glorieux retour, Satan s'efforcera d'« égarer … même ceux qui ont été choisis » (Matthieu 24:24). Il tentera de se transformer « en ange de lumière » (2 Corinthiens 11.14) et de se faire passer pour le Christ. Comment vous et moi pourrons-nous distinguer cet imposteur du vrai Christ ? Imaginez les articles palpitant des médias, censés « prouver » à tous que ce « christ » est le vrai. « Satan, de son côté, entouré de mauvais anges, et se faisant passer pour Dieu, fera toutes sortes de miracles afin de séduire, s'il était possible, même les élus.  » (4) Nous ne pourrons pas faire confiance à nos sens physiques. Notre vision spirituelle devra être renouvelée par le Saint-Esprit. Nous devrons être dans une telle harmonie avec notre Sauveur, être si familiers avec sa voix exprimée dans la Parole, que nous pourrons vivre « en vertu de la foi » (Romains 1.17) à l'heure la plus sombre de l'histoire du monde.

Près de la ligne d’arrivée

Je suis persuadé que le rêve divin d'une œuvre achevée se réalisera bientôt. J'ai cette confiance que, tandis que nous cherchons à mieux connaître Jésus, Dieu déversera son Saint-Esprit sans mesure. Il nous utilisera pour proclamer sa vérité, et « la terre sera remplie de la connaissance de la gloire du SEIGNEUR comme les eaux recouvrent la mer » (Habacuc 2.14). L'œuvre de Dieu sur la terre sera achevée. Jésus viendra, lui, le puissant Libérateur, « le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois » (Apocalypse 17.14) pour emmener ses enfants à la maison.

Questions pour

la réflexion

et le partage

1. Dans l’agitation et le vacarme de notre monde saturé de médias, comment puis-je rester centré sur Jésus ? Quelles étapes pratiques puis-je suivre pour le laisser remplir ma vie ?

2. Nous entendons parler et parlons beaucoup de « la vérité ». À quoi ressemble « la vérité qui est en Jésus » (Éphésiens 4.21) sur mon lieu de travail entre 8 heures et 17 heures ?

3. Le réveil est personnel, et cependant, en même temps, relationnel. Quel rôle joue la communauté de l’église dans ce processus ?

 

CITATION TIRÉE DE CE MESSAGE : "Nous voulons mieux connaître Jésus pour pouvoir mieux le partager avec les autres."


TED N.C. WILSON EST PRÉSIDENT DE L‘ÉGLISE ADVENTISTE DU SEPTIÈME JOUR SUR LE PLAN MONDIAL.

(1) Ellen G. White, Le meilleur chemin, p. 56.

(2) Ibid., p. 85.

(3) Ellen G. White, Évangéliser, p. 234.

(4) Ellen G. White, Témoignages pour l'Église, vol. 3, p. 341.