Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
PREMIER SABBAT
Le Sanctuaire, la Grâce et l’Éden

LES DESSEINS DE DIEU EN FAVEUR DE SON PEUPLE NE CONNAÎTRONT PAS L’’ÉCHEC

Par TED N.C. WILSON
Lorsque vous entendez prononcer le mot « sanctuaire »,
quelle image apparaît dans votre
esprit? Voyez-vous le tabernacle
construit par Moïse, le magnifique temple construit par Salomon, ou peut-être la chapelle dans laquelle vous adorez Dieu chaque semaine avec vos frères et soeurs dans la foi ?
Le livre de la Genèse nous présente un sanctuaire particulier, le plus beau qui ait jamais existé sur notre planète Terre : le jardin d‘Éden.

Vous êtes-vous déjà posé cette
question : quelle est la raison d‘être du sanctuaire ? Voici quelques suggestions à ce sujet. Un sanctuaire est :

(1) un lieu où les humains communiquent avec Dieu ;

(2) un lieu où l‘on dispense une instruction religieuse ; et

(3) un lieu où l‘on vit la grâce de Dieu. Un sanctuaire est
aussi

(4) un lieu de refuge. Le jardin d‘Éden était tout cela.

Le jardin d’Éden

Lorsque notre Terre prit naissance sous la main créatrice de Dieu, elle était belle à contempler. Elle était le modèle de la perfection. La Genèse nous dit : « Dieu vit alors tout ce qu‘il avait fait : c‘était très bon » (1.31)1. Ce monde parfait était
aussi une expression d‘amour.

L‘amour était écrit sur chaque arbre et sur chaque buisson, sur chaque feuille et sur chaque fleur. Les diverses formes de vie constituaient une image de la beauté : les animaux terrestres, les oiseaux, les poissons et les autres formes de vie présentes
sous la surface des eaux. L‘homme, le couronnement de la Création, fut créé parfait et droit. Il portait en luimême l‘image de son Créateur. Son caractère était noble, sans aucune tendance au mal et en accord parfait avec la volonté de Dieu.

Lorsque l‘acte créateur fut achevé, Dieu contempla ce qu‘il
avait créé et en fut satisfait. Tout était parfait, comme seul un Dieu parfait pouvait le créer. Ellen White décrit ainsi ce moment :
« Contemplant avec satisfaction
l‘oeuvre de ses mains, où tout était parfait, Dieu se reposa, non pas comme le fait l‘homme à la fin de sa journée, mais pour marquer sa joie à la vue des oeuvres de sa sagesse, de sa bonté et de sa gloire » (Patriarches et prophètes, p.25).

Parmi les beautés de la création
toute neuve, Dieu donna à Adam et Ève une autre expression de son amour : un foyer, le jardin d‘Éden.

C‘est là que Dieu rencontrait nos
premiers parents, que les anges leur transmettaient ses instructions, et qu‘Adam et Ève commencèrent à comprendre la grâce de Dieu. La vérité de la création et une compréhension correcte de la grâce de Dieu et du plan de la rédemption sont inséparables. Comme le déclarait le célèbre historien Philip Schaff il y a plus d‘un demi-siècle :
« Sans une doctrine correcte de la création, il ne peut y avoir aucune véritable doctrine de la
rédemption.»2 Comme le récit de la Genèse le montre clairement, le jardin d‘Éden n‘était pas seulement le foyer d‘Adam et Ève, mais aussi leur sanctuaire.

L’Éden, un lieu de rencontre avec Dieu

Dans leur innocence, Adam et Ève avaient le privilège de voir Dieu et de converser avec lui face à face. Dieu leur rendait souvent visite dans le sanctuaire de l‘Éden. À ces occasions, ils ne se rendaient pas compte quelle bénédiction c‘était pour eux. Ce n‘est qu‘après avoir été chassés de l‘Éden qu‘ils comprirent ce qu‘ils avaient perdu. Alors, le souvenir de leur communion directe avec Dieu encore tout frais dans leur
mémoire, ils se présentèrent à l‘entrée du jardin d‘Éden pour adorer Dieu, mais ne purent franchir « l‘épée flamboyante » (Genèse 3.24) pour pénétrer dans leur ancien sanctuaire et avoir de nouveau  la joie de voir la face de Dieu. Cette expérience, qui avait été la leur dans le sanctuaire de l‘Éden, leur était maintenant refusée, ainsi qu‘à leurs descendants; elle ne sera restaurée que sur la Terre renouvelée.

L’Éden, un lieu d’instruction religieuse

Selon Ellen White, « Adam et Ève n‘étaient pas seulement

 

les heureux enfants de leur Père céleste ; ils étaient ses élèves, et jouissaient des leçons de sa sagesse infinie » (Ibid., p. 28).

Le Créateur du soleil, de la lune et des étoiles leur avait révélé les lois et le fonctionnement de la nature. Mais il y avait d‘autres choses qu‘ils avaient besoin de connaître en rapport direct avec leur existence. Dieu leur envoya des anges pour leur expliquer la grande controverse entre Dieu et Satan.

 Ils apprirent l‘existence de Lucifer, sa rébellion contre Dieu, contre sa loi et contre son gouvernement. Ils apprirent qu‘il avait été chassé du ciel et qu‘il se trouvait actuellement dans le sanctuaire de Dieu, le jardin d‘Éden. Parce qu‘Adam était le représentant de Dieu et le vice-roi de la planète Terre, Lucifer mit en oeuvre toute sa sagesse et toute son habileté pour tromper Adam, l‘amener à pécher, et usurper la fonction qu‘il occupait. Ainsi, raisonnait Satan, la Terre lui appartiendrait, et il y instaurerait un gouvernement qui serait le rival du gouvernement et de la loi de Dieu.
Adam et Ève durent frissonner en prenant conscience de l‘instruction donnée par les anges. Mais ce dont ils ne se rendirent pas pleinement compte à ce moment fut que l‘approche de Dieu de la solution de la grande controverse entre lui et Satan allait être une autre « démonstration de l‘inaltérable amour de Dieu » (Ibid., p. 10). Après la chute d‘Adam, l‘issue de cette grande controverse se décida sur le terrain même que Satan avait revendiqué comme sien lorsqu‘Adam abandonna sa fonction au grand trompeur.

Adam et Ève reçurent un aperçu général de cette grande controverse, qui faisait partie de l‘instruction reçue dans le sanctuaire de l‘Éden. « C‘est ainsi que Dieu révéla à Adam et Ève d‘importants événements qui allaient marquer l‘histoire de l‘homme jusqu‘au déluge et au premier avènement du Fils de Dieu » (Ibid., p. 46).

Il était extrêmement important qu‘Adam et Ève comprennent la cause première de cette grande controverse : le refus, de la part de Lucifer, d‘obéir à la loi de Dieu. En se rebellant contre la loi de Dieu, c‘est contre son gouvernement que Lucifer se rebellait. « Des messagers célestes leur firent connaître l‘histoire de la chute de Satan, et leur dévoilèrent les plans formés pour leur destruction. Ils leur expliquèrent plus entièrement la nature du gouvernement divin que le prince du mal s‘efforçait de renverser » (Ibid., p. 29).

Outre cela, il était indispensable que le premier couple comprenne la nature de la loi de Dieu : qu‘elle est une autre expression de l‘amour divin. Il était également important qu‘ils comprennent qu‘eux-mêmes et les autres habitants de l‘Univers étaient à l‘épreuve. Leur bonheur reposait sur la condition qu‘ils obéissent à la loi de Dieu. Ils devaient « décider, soit d‘obéir et de vivre, soit de désobéir et de mourir » (Ibid., p. 30). Ils devaient aussi comprendre que l‘obéissance à la loi de Dieu de la part de ses créatures est une déclaration d‘amour et de reconnaissance pour tout ce qu‘il leur a donné. « Une obéissance parfaite et perpétuelle, telle était la condition d‘une éternelle félicité » (Ibid., p. 26). C‘est ce que devaient savoir Adam et Ève, ainsi que tous les détails importants qui leur furent communiqués dans le sanctuaire de l‘Éden.

L’Éden, un lieu de refuge et de découverte de la grâce de Dieu

Le sanctuaire de l‘Éden était un lieu de refuge pour Adam et Ève. Lucifer était déterminé à les détruire, mais ne pouvait avoir accès à eux qu‘auprès de l‘arbre de la connaissance du bien et du mal. Tant que les habitants de l‘Éden se tenaient éloignés de cet arbre, ils étaient en sécurité.

Lucifer n‘était pas autorisé à les suivre dans les diverses parties de ce jardin pour les tenter à se détourner de leur Créateur. L‘Éden était un refuge contre ses plans diaboliques.

Les instructions de Dieu concernant l‘arbre défendu étaient absolument claires : « Tu pourras manger de tous les arbres du jardin ; mais tu ne mangeras pas de l‘arbre de la connaissance de ce qui est bon ou mauvais, car le jour où tu en mangeras, tu mourras » (Genèse 2.16, 17). Mais, comme nous le savons, Ève s‘écarta de ce refuge et devint la victime des tromperies de Satan. Adam, confronté à la réalité de perdre son épouse bien-aimée, la suivit dans la désobéissance aux instructions divines ; et le résultat est que la famille humaine a été amenée sous

 

l‘esclavage du péché.

Mais Dieu n‘abandonna pas la famille humaine. Pour la première fois, le sanctuaire de l‘Éden devint le lieu où fut prêché un sermon sur la grâce rédemptrice : « Je mettrai de l‘hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci t‘écrasera la tête, et tu lui mordras le talon » (Genèse 3.15). Cette déclaration rassurante préfigurait les services typiques du tabernacle de Moïse et du temple de Salomon. La morsure au talon préfigurait les sacrifices d‘animaux, lesquels annonçaient le sacrifice de Jésus sur la croix. L‘écrasement de la tête annonçait le sort du bouc émissaire le Jour des Expiations, qui donnait l‘assurance de la destruction finale de Lucifer et de la fin du péché.

C‘est dans le sanctuaire de l‘Éden que Dieu commença à révéler son plan pour sauver la famille humaine et pour mettre fin au péché. Lucifer avait décrit Dieu comme un être qui ne s‘intéressait qu‘à sa propre gloire et qu‘à son propre plaisir. La question abordée ce jour fatidique en Éden était : « le Père et le Fils pousseront-ils leur amour pour l‘homme jusqu‘au sacrifice » (Ibid., p. 48) pour l‘arracher aux griffes de Satan ? Genèse 3.15 nous apporte la réponse au défi lancé par cette question : un Oui retentissant ! Ce Oui fut confirmé et devint réalité lorsque Jésus s‘écria, du haut de la croix : « Tout est achevé » (Jean 19.30).

Lorsqu‘Adam et Ève furent créés, ils occupaient une position à peine inférieure à celle des anges. Mais le plan divin pour la restauration de la race humaine inclut une expérience étonnante pour ceux qui lui restent loyaux : « Ceux qui, dans la force du Christ, remportent la victoire sur le grand ennemi de Dieu et de l‘homme occuperont dans les parvis célestes une position supérieure à celle des anges qui ne sont jamais tombés » (Ellen White, Bulletin de la Conférence générale du 1er avril 1899). Lucifer avait imaginé la destruction de la race humaine dans un accès de rage et de jalousie. 

Adam et Ève vivaient heureux en partageant l‘amour de Dieu à leur égard. Lucifer était malheureux et devait faire face à la perspective d‘une destruction éternelle. Une fois qu‘Adam fut tombé dans le péché, coupé de la communication avec Dieu et chassé de leur sanctuaire de l‘Éden, Satan décida que, à l‘avenir, il s‘efforcerait de maintenir les descendants d‘Adam loin de tout sanctuaire qui puisse leur offrir une perspective de restauration.
Conclusion

L‘expérience d‘Adam et Ève dans leur sanctuaire de l‘Éden a de nombreuses leçons à nous enseigner. Premièrement, de même que Dieu, dans son amour pour nos premiers parents, fit tout son possible pour leur assurer une vie heureuse, de même il nous traite aujourd‘hui dans le contexte de son amour. La preuve de cet amour est le don de son Fils à la famille humaine. « Ce n‘est pas seulement pour porter nos péchés, pour mourir en sacrifice pour nous, qu‘il a été donné ; Dieu l‘a donné pour toujours à l‘humanité déchue. … Dieu a donné son Fils unique comme partie intégrante de la famille humaine, pour toujours participant de notre nature » (Jésus-Christ, p. 16).

Deuxièmement, de même que Dieu a prononcé un jugement de rédemption avant de chasser Adam et Ève du jardin d‘Éden, de même aujourd‘hui il juge la famille humaine dans le contexte de la grâce rédemptrice obtenue par son Fils. Dans la perspective du sacrifice consenti pour nous par Dieu et dans celle du jugement, il est important de vivre l‘expérience enseignée par les sanctuaires de l‘Ancien Testament. Nous devons nous humilier en présence de notre Créateur et Rédempteur et rechercher une relation vivante avec lui par un véritable réveil et une véritable réforme en nous reposant totalement sur le Christ pour notre salut et pour qu‘il réponde à chacun de nos besoins. Par la grâce du Christ et par la présence du Saint-Esprit en nous, nous aurons le merveilleux privilège de voir le jardin qu‘Adam et Ève considéraient autrefois comme leur foyer, et de pouvoir y pénétrer. Quel privilège de pouvoir proclamer les messages des trois anges par la puissance de Dieu et de voir l‘accomplissement final du plan divin de ramener ses enfants dans leur nouveau foyer édénique, qui leur appartient !

         
QUESTIONS

1) La création sortit des mains de son Créateur parfaite en toutes choses. Qu‘est-ce qui a pu manquer le plus à Adam et Ève lorsqu‘ils furent forcés de quitter le jardin d‘Éden ?

2) Supposez-vous que Dieu ait pu envisager d‘abandonner sa création abîmée par le péché ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ne l‘a-t-il pas fait ?

3) En quoi le jardin d‘Éden est-il un modèle de ce que Dieu avait prévu pour son peuple ? Qu‘est-ce que vous en attendez le plus ?

Suivant


TED N.C. WILSON EST PRÉSIDENT DE L‘ÉGLISE ADVENTISTE DU SEPTIÈME JOUR SUR LE PLAN MONDIAL.

 

Awr logo

Podcast

Retrouvez-nous sur Facebook