Leçon 09 : L'Eglise : rites et rituels
24 - 30 Nov 2012
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
La désignation des rites sacrés Dimanche 25 Nov

Au début, les croyants de l’Église d’Orient, où le grec était la langue couramment parlée, utilisaient le terme mysterion, « mystère » pour décrire les rites sacrés. Dans l’Église d’Occident, là où le latin prédominait, le terme employé était sacrement (en latin, « sacramentum »). Le sacramentum était un serment que prononçaient les soldats romains lorsqu’ils s’engageaient à obéir aux ordres de leur commandant. Les croyants qui employaient ce mot pensaient qu’il désignait avec justesse le caractère sacré des rites. Avec le temps, cependant, il en est venu à représenter un acte investi d’une puissance invisible. Au Moyen Age, l’Église avait identifié sept rites sacrés, appelés « sacrements », que l’on considérait comme une façon de communiquer la grâce.

Pendant la Réforme, on examina les sacrements d’un œil critique. Pour de nombreux croyants, ce terme semblait corrompu. Un autre terme paraissait plus juste, celui de rite religieux ou ordonnance, Ce dernier terme vient du verbe: « ordonner », qui fait d’une ordonnance un acte spécial institué ou ordonné par le Christ lui-même. Préférer le terme ordonnance à celui de sacrement signifie que l’on participe aux rites sacrés ; c’est en effet par ce moyen divinement ordonné que l’on témoigne de son obéissance et de sa loyauté envers Jésus en tant que Seigneur. Les adventistes du septième jour considèrent que le baptême, le lavement des pieds et la sainte Cène sont des ordonnances — des rites révélant notre allégeance au Christ. Ils permettent d’exprimer notre foi de façon symbolique.

Lisez Mt 28.19, 20 Jn 13.14; 1 Co 11.23-26. Dans quelle mesure ces passages montrent-ils que ces actes sacrés sont des rites religieux ou « ordonnances » ?

Quelle que soit l’importance accordée à ces ordonnances n’oublions pas qu’elles ne communiquent pas la grâce, ne font pas obtenir le salut, ni devenir méritant aux yeux de Dieu. Le péché et ce qu’il a fait de nous sont des choses bien trop graves pour que des rituels, même ceux que le Christ à lui-même institués, puissent nous racheter. La mort de Jésus sur la croix a été nécessaire pour permettre de sauver des êtres aussi déchus que nous le sommes. Telles que nous les comprenons, les ordonnances sacrés symbolisent notre adhésion à ce que le Christ a fait pour nous, ainsi que notre union avec lui (et notre adhésion à tout ce qu’une telle union implique) et c’est avec efficacité qu’elles servent ces objectifs. Elles sont un moyen, mais pas une fin en soi.

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat