Leçon 08 : L'Eglise : au service de l'humanité
17 - 23 Nov 2012
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
L'unité de l'Eglise Mercredi 21 Nov

L’Église décrite comme étant appelée par Dieu, comme le peuple de Dieu, le corps du Christ et le temple du Saint-Esprit — est préparée pour servir et réaliser sa mission. L’unité est vitale pour elle, car sans celle-ci elle ne peut accomplir sa mission avec succès. Il n’est pas surprenant que le Christ se soit préoccupé de cette question vers la fin de sa vie terrestre (Jn 17.21, 22,).

Jésus priait pour l’unité de l’Église (Jn 17.21, 22) ; Paul exhortait les chrétiens à la vivre (Rm 15.5, 6). Quelle est cette unité dont parlent les textes? Que signifie-t-elle ?

L’unité pour laquelle le Christ priait et que Paul conseillait d’atteindre impliquait clairement que les sentiments des chrétiens, leurs pensées, leurs actes et beaucoup d’autres choses devaient être en harmonie. Or, une telle harmonie ne s’obtient pas par des méthodes sociales, une bonne gestion de la diplomatie ou des manœuvres politiques. C’est un don accordé aux croyants par le Christ qui vit en eux (Jn 27.22, 23), et gardé par la puissance de Dieu le Père (Jn 17.11).

Lisez 1 Co 1.10; 2 Co 13.11. Comment répondre à l’invitation de Paul dans ces textes?

Il est certain que nous sommes tous différents les uns des autres et que nos opinions divergent sur beaucoup de choses, ce qui peut, par moments, rendre l’unité difficile. Si le stress et les tensions sont inévitables dans tous les domaines de l’Église, il est nécessaire de garder une attitude humble et désintéressée et de souhaiter le bien qui va au-delà de notre personne. Un grand nombre de divisions sont dues à l’égoïsme, à l’orgueil et au désir de se glorifier soi-même et de faire passer ses opinions avant celles d’autrui. Aucun de nous n’est constamment dans le vrai ni ne comprend toutes choses parfaitement. Quelles que soient les divergences inévitables qui surviennent, si chacun de nous, chaque jour, se chargeait de sa croix, mourait a lui-même, recherchait non seulement son propre bien, mais aussi celui d’autrui et de l’Église dans son ensemble, un grand nombre des problèmes dans lesquels nous nous débattons, et qui freinent l’œuvre de Dieu, disparaitrait.

En bref, l’unité commence par l’individu, par le disciple du Christ, qui ne se contentera pas de confesser son nom, mais qui mènera une vie désintéressée, dévouée à une cause, à un bien qui le dépasse.

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat