Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
Leçon 06 : Le jour des expiations
02 - 08 Nov 2013
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
Une purification annuelle Dim 03 Nov.

Lisez Lv 16.16, 30. Qu’est-ce qui est purifié le jour des expiations?

Tout au long de l’année, toutes sortes de péchés et d’impuretés rituelles étaient transférées sur le sanctuaire. Avec le jour des expiations venait le moment de les supprimer. Ce jour comportait trois périodes:

1. L’offrande de purification pour le prêtre. Le grand prêtre tuait un taureau pour ses péchés, afin de s’assurer qu’il serait sans souillure au moment d’entrer dans le sanctuaire pour le purifier.

2. L’offrande de purification du bouc « pour le Seigneur » (Lv 16.8). Pendant l’année, les sacrifices pour le péché permettaient « d’emporter » les péchés des Israélites dans le sanctuaire. Au jour des expiations, ces péchés étaient ôtés du sanctuaire, ce qui était fait au moyen du sang du bouc « pour le Seigneur ».

3. Le rituel d’élimination avec le bouc vivant destiné à Azazel. Dieu voulait enlever du sanctuaire et du campement les péchés de son peuple. C’est pourquoi un autre bouc était envoyé vivant dans le désert.

Lisez Lv 16.15. Que se passait-il pour ce bouc et que symbolisait-il?

Puisqu’il n’y avait ni confession des péchés ni imposition des mains en relation avec le bouc pour le Seigneur, son sang n’était pas porteur de péché. C’est pourquoi, au lieu de souiller, il purifiait, effet clairement décrit aux versets 19 et 20. Le grand prêtre faisait l‘expiation avec le sang du bouc pour le Seigneur, purifiant le sanctuaire tout entier. Ce même rituel effectuait également la purification du peuple: lorsque le sanctuaire était débarrassé de tous les péchés des Israélites, ceux-ci éraient eux-mêmes purifiés. En ce sens, le jour des expiations était un jour exceptionnel, car ce n'est que ce jour-là que le sanctuaire et le peuple étaient purifiés en même temps.

Le jour des expiations représentait le second stade d’une expiation en deux temps. Lors du premier stade, durant l’année, les Israélites étaient pardonnés. Leurs péchés n’étaient pas effacés, mais confiés à Dieu lui-même, qui promettait de s’en occuper. Le second stade n’avait pas grand-chose à voir avec le pardon, puisque les Israélites avaient déjà été pardonnés. En fait, le verbe « pardonner » n’apparait ni dans Lv 16, ni dans Lv 23.27-32. Cela montre que le plan du salut dans son entier ne traite pas seulement du pardon des péchés. Ce point a davantage de sens encore lorsqu’il est replacé au sein du contexte plus vaste du grand conflit cosmique.

 

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat

Awr logo

Podcast

Retrouvez-nous sur Facebook