Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
Leçon 03 : Les sacrifices
12 - 18 Oct 2013
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
Sacrifice à Moriya Mardi 15 Oct.

Lisez Gn 22. 1-19, Qu’a appris Abraham sur le sacrifice?

Quel était le dessein de Dieu lorsqu’il a éprouvé de façon aussi incroyable la foi d’Abraham? La vie du patriarche avait toujours été accompagnée de promesses divines: la promesse d’un pays, de descendants et de bénédictions, la promesse d’un fils et celle selon laquelle Dieu prendrait soin également d’Ismaël. Abraham faisait des sacrifices, mais toujours dans la perspective d’une promesse. Cependant, dans la situation décrite dans Gn 22, Dieu n’a pas fait de promesse à Abraham, il lui a dit au contraire de sacrifier celui-là même qui représentait la promesse, son fils. Obéissant à l’ordre divin, Abraham a montré que Dieu comptait plus que tout pour lui.

« Si Dieu avait ordonné à Abraham de tuer son fils, c’était non seulement pour éprouver sa foi, mais tout autant pour que le patriarche fût frappé de la réalité de l’Évangile. Les sombres jours d’agonie qu’il traversa alors devaient l’aider à comprendre, par son expérience personnelle, la grandeur du sacrifice consenti par le Dieu infini en faveur de la rédemption de l’homme. Aucune épreuve n’aurait pu mettre l’âme d’Abraham à la torture comme l’ordre d’offrir Isaac en sacrifice. [...) Dieu livra son Fils à l’ignominie et à la mort ». — Ellen G. WHITE, Patriarches et prophètes, chap. 13, p. 132, 133.

Ce sacrifice a fait prendre conscience à Abraham de deux principes essentiels. Premièrement, Dieu seul a le pouvoir de faire le véritable sacrifice et de mettre en place les moyens du salut. C’est le Seigneur qui pourvoit. Abraham a souligné le caractère eternel de ce principe en appelant le lieu: « Adonaï-Yiré », ce qui signifie: « Le Seigneur pourvoira ». Deuxièmement, le véritable sacrifice est un sacrifice de substitution — la vie d’Isaac a été préservée. Le bélier a été offert « à la place de son fils » (Gn 22. 13). Cet animal, fourni par Dieu, préfigurait l’Agneau de Dieu, Jésus-Christ, sur qui « le Seigneur a fait venir [...] notre faute a tous » (Es 53.6, 7; Ac 8.32).

Quel incroyable abandon à Dieu! Qui peut imaginer ce qu’Abraham a dû vivre? Avez-vous récemment été obligé de marcher par la foi en accomplissant quelque chose de très angoissant? Qu'avez-vous appris en agissant ainsi? Dans quelle mesure la leçon a-t-elle porte?

 

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat

Awr logo

Podcast

Retrouvez-nous sur Facebook