Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
Leçon 02 : "Le ciel" sur la terre
05 - 11 Oct 2013
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
Jésus comme sanctuaire Mardi 08 Oct.

Lisez Jn 2.19-21. Pourquoi le corps de Jésus est-il comparé à un temple? Voir aussi Jn 1.14.

L’un des thèmes de l’évangile de Jean est la venue de Jésus comme le meilleur temple. L’imagerie du tabernacle est utilisée dès Jn 1.14. Jésus est la Parole qui « a fait sa demeure » parmi les hommes et ils ont vu « sa gloire ». Le terme grec pour « faire sa demeure » (skenoo) est la forme verbale du mot grec pour « tabernacle » (skene) c’est pourquoi on pourrait traduire ainsi le verset 14: la Parole a « tabernaclé » parmi nous. Dans ce contexte, le mot « gloire » évoque la gloire de Dieu quand Dieu a rempli de sa présence le tabernacle du désert (Ex 40.34, 35), puis le temple de Salomon lors de son inauguration (2 Ch 7.1-3). Ainsi, quand le Christ est venu sur terre sous forme humaine, il a accompli la promesse de Dieu au sujet du temple en demeurant parmi son peuple.

Comme le montrent les textes ci-dessus, Jésus a déclaré être lui-même le temple de Dieu, indiquant déjà que le temple terrestre perdrait sa signification après sa mort (Jn 2.19-21; Mt 27.51). Quand Jésus a déclare être « le pain de la vie » (Jn 6.35) et « la lumière du monde » (Jn 8.12), sans doute attirait-il le regard, au-delà de la manne sur la table — sur le pain de la présence — et au-delà du porte-lampes, objets du sanctuaire terrestre. Le fait de designer Jésus comme « l’agneau de Dieu » sacrificiel, qui porte le péché du monde (Jn 1.29) est une référence évidente au sanctuaire.

« Tous ceux qui participaient au service du sanctuaire recevaient constamment des instructions concernant l’intervention du Christ en faveur de la race humaine. Ce service avait pour but de créer en chaque cœur l’amour pour la loi de Dieu, qui est la loi du royaume. Le sacrifice devait offrir une parabole de l’amour de Dieu révélé en Christ, — victime souffrante et mourante qui a pris sur elle le péché dont l’homme s’est rendu coupable, l’innocent ayant été fait péché pour nous. » — Ellen G. White, Messages choisis, chap. 31, vol. 1, p.274.

Vu notre nature pécheresse, nous avons tendance à penser que Dieu est fâché contre nous. En quoi la révélation de son amour, manifesté par la vie et la mort de Jésus, aide-t-elle chacun de nous à réaliser personnellement le degré de l’amour de Dieu à note égard en dépit de nos fautes? En quoi cette prise de conscience nous encourage-t-elle à remporter la victoire sur nous-mêmes?

 

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat

Awr logo

Podcast

Retrouvez-nous sur Facebook