Leçon 11 : Promesses aux persécutés
08 - 14 Sept 2012
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
Feu et destruction (2 Th 1.7, 9) Mercredi 12 Sept.

Le langage de ces versets met de nombreuses personnes mal à l’aise. Elles pensent que les représailles, la vengeance, la punition et le fait d’infliger une certaine souffrance ne sont pas dignes d’un Dieu d’amour, de grâce et de miséricorde. Mais un jugement équitable, une rétribution juste font partie des thèmes fréquents abordés par Paul (Rm 2.5; 12.19). Paul ne laisse aucune équivoque: la justice de Dieu se révélera un jour avec puissance.

Et pourquoi pas ? Dans notre société contemporaine, tout gouvernement responsable doit à un moment ou un autre déployer des forces pour réprimer le mal. Même si ce déploiement de puissance n’est pas toujours brutal (comme lorsque l’on vous arrête pour une infraction de la circulation ou lors d’un contrôle concernant vos impôts et taxes), dans certains cas, notamment lorsque des criminels se comportent avec sauvagerie, les autorités doivent réagir à leur violence par la violence. Un gouvernement digne de ce nom impose des contraintes nécessaires pour que nous vivions tous en paix. Il arrive souvent qu’un mal absolu ne cède pas de lui-même. Plus la puissance et la brutalité du mal sont importantes, plus grande doit être la force employée pour l’extirper.

Les images de ce passage ne sont pas très attrayantes, mais elles nous assurent que Dieu fera ce qu’il faut pour mettre fin à la violence et à l’oppression.

Lisez Ap 16 4-7; Dn 7.21, 22. Qu’enseignent ces versets parallèlement aux paroles de Paul ci-dessus dans 2 Th?

Grace à son expérience personnelle, Jésus comprend le prix de la souffrance. On peut lui faire confiance, il exercera la justice divine, mais sans détruire plus que nécessaire. La justice divine provoquera un certain nombre de souffrances, mais pas un iota de plus que nécessaire. Si nous plaçons notre confiance en Dieu en toutes choses, croyons que sa justice exprimera une sagesse et une impartialité qu’il nous est impossible de comprendre des à présent.

Ce passage a pour but, non de se réjouir de la vengeance à venir, mais d’encourager les êtres humains maltraités et opprimés. Le jour de justice vient. Inutile de rendre justice nous-mêmes.

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat