Leçon 11 : Promesses aux persécutés
08 - 14 Sept 2012
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
De nouvelles salutations (2 Th 1, 3) Dimanche 09 Sept.

« Paul, Sylvain et Timothée, à l’Eglise des Thessaloniciens qui est en Dieu, notre Père, et dans le Seigneur Jésus-Christ: Grâce et paix à vous de la part de Dieu, notre Père, et du Seigneur Jésus-Christ » (2 Th 1.1, 2) À travers des salutations aussi simples, quelle espérance, quelle promesse, quelle théologie découvre-t-on et comment les faire nôtres dans notre vie?

Paul, comme il le faisait si souvent, parle de grâce et de paix. En un sens, celles-ci ne sont-elles pas liées? Prendre conscience de la grâce de Dieu, ainsi que de la promesse du pardon en Jésus, ne nous conduit-il pas à la paix? Il est donc vital que, dans n’importe quelle circonstance de notre vie, nous prenions tout le temps de méditer sur cette offre merveilleuse, le salut et la grâce procurés par Jésus, malgré notre indignité. Existe-t-il meilleure façon d’expérimenter la paix promise? Gardons l’esprit fixé, non sur nous-mêmes, mais sur Jésus et sur ce qu’il nous offre.

Comparez 1 Th 1.1 et 2 Th 1.1, 2. Il existe une petite différence dans le choix des mots. Quelle pourrait en être la signification?

Il existe une différence entre 1 er 2 Thessaloniciens. Paul a changé l’expression: « En Dieu, le Père » (1 Th 1.1, c’est nous qui soulignons) en: « En Dieu, notre Père » (2 Th 1.1, idem). Ce changement ajoute une note relationnelle. Certains croyants, tout en se sentant proches de Jésus, ont peur de Dieu le Père. Paul assurait aux Thessaloniciens qu’ils pouvaient avoir la même confiance dans leur relation avec le Père qu’avec Jésus. Celui-ci est venu sur terre pour nous montrer qui était le Père.

Lisez Jn 1.18; 14.7-11. Quelle assurance et quelle espérance retirer de ces textes, notamment en relation avec 2 Th 1.1, 2?

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat