Leçon 10 : En réponse à son amour
02 - 08 Juin 2012
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
...mais pas par sentiment de culpabilité Lundi 04 Juin

Au cours des siècles on a utilisé la culpabilité pour faire agir les gens. Les responsables de l’évangélisation nous ont souvent rappelé que Dieu nous a confié des responsabilités et que nous devons faire usage des talents et des dons qu’il nous a donnés. On nous a dit que Dieu ou l’Eglise espèrent en nous. Si Dieu a tant fait pour nous sauver, comment est-il possible de ne pas se lancer dans l’évangélisation ? Toutes ces tentatives pour nous pousser à agir, même si elles sont faites avec les meilleures intentions du monde, font subtilement appel à un sentiment de culpabilité et la conscience de notre dette envers Dieu. Notre motivation semble s’affaiblir si nous cessons de mettre l’accent sur ce que Dieu a fait et ce que nous- mêmes devons faire.

Lisez Rm 3.19, 20. Que voulait dire l’apôtre Paul en déclarant que le monde entier était coupable devant Dieu? Quel était son argument?

Paul utilise le mot coupable dans ce passage dans le sens de responsable. Il a déclaré précédemment, dans Rm 3.10, qu’il n’y avait « pas de juste, pas même un seul » et, au verset 19, il confirme que la loi rend « le monde entier » coupable devant Dieu.

Le rôle de la loi a souvent été comparé à un miroir révélant notre condition pécheresse, sans nous fournir l’eau et le savon purificateurs. Quand on examine la loi de Dieu, on prend conscience de son péché et, en même temps, on est attiré par le Sauveur afin d’être pardonné et purifié.

Une fois que nous sommes allés vers le Christ, nous ne sommes plus motivés par la culpabilité, parce que celle-ci a été lavée et couverte par sa justice. Nous nous tenons en lui, parfaits, non coupables et pardonnés. Oui, nous sommes pécheurs, mais nous avons été pardonnés et notre culpabilité a été expiée ; désormais, nous appuyant sur le salut qui est le nôtre en Christ, nous éprouvons le désir de témoigner à autrui de ce que le Christ a fait pour nous.

Lisez Jc 2.10. Quel point essentiel Jacques souligne-t-il ici? Comment expliqueriez-vous ce verset à un nouveau croyant?

Si trébucher sur un seul point offense le Dieu qui a ordonné la loi toute entière, il est futile de chercher à gagner sa faveur rien qu’en observant la loi. Violer la loi, même dans une faible mesure, révèle le désir sous-jacent d’agir selon notre volonté propre plutôt que selon celle de Dieu.

Reconnaissez vos offenses et soumettez-les à Jésus en vous réclamant de sa justice, de son pardon et de sa grâce, aussi indigne soyez-vous. Et de peur que vous vous trompiez, sachez que vous êtes indigne, bien plus que vous ne l’imaginez. Sinon, le salut qui vous est offert ne le serait pas par grâce, mais par dette — Dieu vous le devrait. Voir Rm 4.1- 4. Pensez-vous vraiment que Dieu vous doive quoi que ce soit?

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat