Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
Leçon 04 : Seigneur de toutes les nations (Amos)
20 - 26 Avr. 2013
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
Pour aller plus loin Vendredi 26 Avr.

Lisez les ci tarions suivantes et voyez en quoi elles nous permettent de comprendre plus clairement les messages d’Amos 1 à 4, ainsi que ceux d’Abdias.

« Dès le début de la religion israélite, la croyance selon laquelle Dieu s’était choisi un peuple particulier pour accomplir sa mission avait été à la fois la pierre angulaire de la foi juive et un refuge en temps de détresse. Pourtant* les prophètes avaient l’impression que pour un trop grand nombre de leurs contemporains, cette pierre angulaire était une pierre d’achoppement et ce refuge, une échappatoire. Ils devaient rappeler au peuple que leur élection ne devait pas être considérée comme du favorit­isme de la part de Dieu ni comme une immunité contre son châtiment. Au contraire, elle impliquait qu’ils étaient d’autant plus exposés au juge­ment et au châtiment divins [... )

Le fait d’avoir choisi Israël signifiait-il que Dieu se souciait exclusivement de lui ? L’exode à partir de l’Egypte impliquait-il que Dieu n'était concerné que par l’histoire d’Israël et qu’il était totalement inconscient du sort des autres nations ? » - Abraham J. HESCHEL, 'Ihe prophets, p. 32, 33.

« Privée de défense, l’âme s’égare, elle est incapable de lutter contre le péché, et les viles passions du cœur humain se donnent libre cours.

Les prophètes élevèrent la voix contre l’oppression excessive, l’injustice flagrante, le luxe effréné et insensé qui régnaient de leur temps. Ils blâmèrent les festins et l’ivresse, la licence impudique et la débauche ; mais c’est en vain qu’ils adressaient leurs protestations au peuple idolâtre et dénonçaient ses péchés. “Ils haïssent celui qui les reprend à la porte, déclarait Amos, et ils ont en horreur celui qui parle sincèrement.” Et, s’adressant à eux, il s’écrie : “Vous opprimez le juste, vous recevez des présents, et vous: violez à la porte le droit des pauvres.” (Amos 5-10,12) » — Ellen WHITE, Prophètes et rois, « La captivité assyrienne », p. 217.


À méditer


  •  Il est facile d’être l’ami de celui qui vous offre quelque chose. Que dire alors de ceux qui sont dans la détresse et n’ont rien à offrir, mais qui, en fait, ont besoin de ce que vous-même pouvez leur offrir ? Quelle devrait être notre attitude envers eux ? Quel est votre comportement envers eux ?

Réfléchissez à tout ce que nous avons reçu en tant qu’adventistes du septième jour. La plupart des chrétiens n’ont aucune idée des béné­dictions liées au sabbat (encore moins de son importance à la fin des temps). La plupart des gens pensent que les morts vont soit au ciel, soit dans les tourments de l’enfer. Beaucoup ne croient pas en la résurrec­tion physique de Jésus, ni en son retour littéral. Quelles autres grandes vérités avons-nous reçues et dont la plupart des gens ignorent tout ? Quelles responsabilités entraîne la connaissance de telles vérités ?

 

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat

Awr logo

Podcast

Retrouvez-nous sur Facebook