Union des Fédérations de l'Océan Indien | IOUC
Leçon 03 : Un Dieu saint et juste (Joël)
13 - 19 Avr. 2013
Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat
Une catastrophe nationale Dimanche 14 Avr.

Lisez Jl 1.1-12. Que se passait-il en Judi?

Le prophète, qui vivait dans une société rurale, appelait les agriculteurs à s’inquiéter de la perte de leur blé et de leurs récoltes de fruits. La destruction de l’environnement risquait d’affaiblir l’économie du pays pendant des années. A la perte d’aliments, d’ombrage et de bois, s’ajoutait la menace d’une érosion des sols. Certains arbres à fruit, en Palestine, ne fructifiaient pas avant vingt ans. En fait, les ravages des terres agricoles et la déforestation étaient des tactiques typiques des armées qui envahissaient un pays et cherchaient à punir ceux qu’ils conquéraient en les rendant incapables de rebâtir à court terme.

Lisez Dt 28.38. Ce texte est-il intéressant pour comprendre ce qui se passait en Juda?

Joël utilisait quatre termes différents pour désigner les criquets (Jl 1.4) afin de mieux exprimer l’intensité et l’ampleur des ravages. La destruction provoquée par les criquets était d’autant plus terrible que régnait la sécheresse. Toutes les récoltes espérées par les agriculteurs avaient fané sur pied et ceux-ci se désespéraient de n’avoir plus rien à manger ni à vendre. De plus, ils ne possédaient plus de semences pour planter à nouveau. Leurs ancêtres n’avaient pas connu pareille calamité et il y aurait de quoi en parler aux générations futures. Comme un désastre semblable n’avait encore jamais eu lieu, cela aggravait encore plus la situation.

Le prophète annonçait également la destruction des aliments de base de la terre d’Israël, comme le raisin, le blé et l’huile (Dt 14.23; 18.4). En Palestine, les principales céréales étaient le blé et l’orge. Dans la Bible, la vigne et le figuier symbolisaient une vie paisible en terre promise avec d’abondantes bénédictions divines (1 R 5.5; Mi 44; Za 3.10). Pouvoir s’asseoir sous sa vigne ou son figuier représentait l’image même de la paix et de la prospérité. Or toutes ces choses étaient menacées par le jugement de Dieu à cause des péchés d’Israël.

La moisson était une période de réjouissances (Ps 4.8 ; Et 9.2). Même si la terre d’Israël était un don du Seigneur, elle lui appartenait néanmoins. Il incombait à Israël de veiller sur le pays avec fidélité. Avant tout, Dieu attendait vénération et obéissance de la part de son peuple parce que c’était lui qui leur avait confié cette terre.

 

Dimanche Lundi Mardi Mercredi Jeudi Vendredi Sabbat

Awr logo

Podcast

Retrouvez-nous sur Facebook